« All you need is yau­te”, “Child of Lé­ man” (1). Ces messages d’amour au départe­ment, Stéphane Pécriaux en propose à foison, déclinés sur des sweats et des T­ shirts.
Mister Peck, sa marque de vêtements, mûrie depuis un an, a été lancée officielle­ment début juillet. Son li­cenciement économique, après huit ans côté Suisse, a été un catalyseur au projet. « Je ne révolutionne rien, mais les façons de consom­mer changent. Le rapport qualité­ prix n’est plus forcé­ment au rendez­vous chez les grandes marques et il y a une volonté grandissante d’acheter local et responsa­ble. Avec Mister Peck, je veux proposer des articles de mode avec des phrases détournées et des messages qui jouent avec le champ lexical de l’environnement local. »

Un bon accueil dans les offices de tourisme
Et l’accueil est plutôt bon. Cet été, il a déjà colonisé la boutique de l’office de tou­risme (OT) de Thonon et uti­lisé le magasin Lou et cie, rue Vallon, comme relais. Des contrats sont en cours de discussions avec l’ensei­gne Manor (pour les maga­sins de Sion et de Genève), le festival des Jeudis électro ou l’OT de Megève. Et des partenariats ont également été noués avec les clubs lo­caux de roller hockey et de football américain.

Lire tout l’article